Envie de pique-nique et de plein air ?

Dans le quotidien des actualités, il y a parfois des paroles de chanson qui soudain se mettent à résonner avec force. Ne fut-ce pas exactement le cas, avec celles de Déjeuner en paix de Stéphane Eicher ?

« Cette fois je ne lui annoncerai pas
La dernière hécatombe
Je garderai pour moi ce que m’inspire le monde
Elle m’a dit qu’elle voulait si je le permettais
Déjeuner en paix 
»

N’avons-nous pas tous rêvé de grand air, de soleil et de repas tranquille, assis sur l’herbe, durant ces semaines où il nous fallait rester confinés ? Maintenant que plus de liberté nous est à nouveau offerte, avec raison toutefois, pourquoi ne pas déjeuner en paix ? 

Le pique-nique… tout un symbole

Si ces semaines de mars à mai, alors même que le printemps s’offrait tôt et magnifique, nous ont si profondément donné envie de plonger dans la célèbre toile d’Édouard Manet, Le Déjeuner sur l’herbe, il y a de bonnes raisons ! Au-delà du côté luxurieux de la scène, qui contribua à son scandale en son époque, la toile évoque quand même le symbole apaisé de liberté, d’insouciance, de bien-être et de convivialité, que le pique-nique offre à chacun de nous, immanquablement, depuis bien longtemps (le pic-nic, au XVIIIème siècle).

Il est partie intégrante de l’art de vivre, à la française notamment, et en dehors de toute considération sociale. Il est aussi différent du « déjeuner sur le pouce » ou de la « restauration rapide » que l’on pratique facilement au quotidien de nos jours. C’est qu’il garde toute sa part de rêve, différente du repas barbecue aussi (lire encadré), raison pour laquelle un pique-nique ne s’improvise pas avec n’importe quoi. On aime à ce qu’il apporte pleinement du plaisir. Donc on le prépare, et avec de bons ingrédients.

Pique-nique dans un joli cadre, ou sur l’herbe du jardin quand l’évasion n’est pas possible, sont donc plus que jamais de circonstance et de saison. Plus qu’un repas, c’est l’occasion d’apprécier des saveurs, de la bonne humeur et le bon air autant que le ciel. Un moment privilégié pour ne penser à rien d’autre qu’à l’instant présent.

Le pique-nique n’est pas une « grillade party » ! Plancha et barbecue connaissent un succès jamais démenti depuis plus de vingt ans, et c’est mérité. C’est la cuisine conviviale sur la terrasse par excellence, qui peut se réaliser avec de la viande ou du poisson, mais aussi avec des légumes et des fruits. Quoi qu’il en soit, il s’agit malgré tout d’un repas qui a ses règles et impose des préparatifs assez conséquents, même si chacun peut faire ses propres brochettes. Il existe des appareils légers pensés pour être facilement transportables, afin de réitérer le plaisir même en pleine nature. Pour autant, ces « grillades party » ne doivent pas éclipser les plaisirs du pique-nique, bien différents. Un peu délaissé, à tort, ce dernier offre l’énorme avantage de plus de spontanéité, de liberté, d’improvisation, de rapidité de préparation… et ne fait pas appel aux mêmes saveurs. Plus dans l’esprit salades/sandwichs/tartines/salaisons et petites gourmandises il se prépare vite, dès lors que vous avez toujours dans vos réserves les ingrédients simples et de qualité qui en constituent ses bases.

Un pique-nique se doit d’honorer les saveurs de terroir

Bien des trésors gastronomiques de France trouvent leur origine dans la richesse de ses campagnes et dans la quête d’un peu de plaisir que ceux qui l’ont vécu souhaitaient apporter à leur dur quotidien. D’authentiques saveurs font ainsi depuis longtemps partie intégrante des casse-croûtes et repas en plein air des travailleurs des champs, des vignes et des vergers. C’est pour cela qu’elles sont si adaptées et opportunes à tout pique-nique. Peu à peu présentées lors des « bons repas », les salaisons et charcuteries restent les reines des dîners en plein air sur l’herbe ou sur la terrasse. Diversifiées à l’extrême au fil du temps et dans de nombreuses régions, et avec des savoir-faire d’excellence, elles permettent de satisfaire tous les palets, tout en étant d’une grande facilité à mettre en valeur puisqu’elles se suffisent à elles-mêmes : du bon pain, du beurre et des condiments de qualité le cas échéant, suffisent à se régaler. De plus, elles sont parfaitement adaptées à la conservation et au transport jusqu’au moment du repas.

Il en est de même avec les tapenades, les olives, les petits légumes au vinaigre, la plupart des fromages bien sûr, les fruits secs, les confitures, les pâtes de fruits, les biscuits artisanaux… et là encore, les spécialités régionales ne manquent pas.

Mais pour varier les plaisirs, on peut aussi puiser dans les terroirs et spécialités plus lointaines, car certaines cultures ont également développé des saveurs d’excellence (pour les papilles et pour la santé !) qui se prêtent très bien au pique-nique. Les sushis en sont un bon exemple surtout si vous les préparez vous-même à partir d’ingrédients soigneusement sélectionnés en épicerie spécialisée.

Pas de pique-nique ou de repas en plein air sans de délicieuses salades

Aussi incontournables que les salaisons, les charcuteries, les fromages et les bons pains, les salades sont une autre des clés d’un vrai pique-nique. Mais pour se régaler, fi des conserves bien peu goûteuses de petit-pois, maïs et cœurs de palmier ! Même une simple salade de tomates est bien plus préférable, dès lors que vous utilisez les bonnes variétés de tomates, de savoureux vinaigres et de sublimes huiles d’olive (lire encadré)… ou de cacahuète ! Les rayonnages des supermarchés nous font voir qu’il y a des huiles merveilleuses et plutôt insoupçonnées qui peuvent chacune révéler toutes les saveurs d’ingrédients différents. La préférence ira toujours vers des huiles vierges, pour leur capacité à vous faire profiter de leurs propriétés. Outre celle de cacahuète et celle de noix, connaissez-vous l’huile vierge de sésame, l’huile vierge de pignon de pin et l’huile vierge de noisette ? Les meilleures adresses gastronomiques de France les utilisent avec brio, précisément parce qu’elles sont l’une des clés de la sublimation des saveurs.

À propos de la salade de tomate, donc, pour changer de celle à base d’huile d’olive, basilic, ail et mozzarella, prenez des tomates cerises du jardin ou de maraîcher et assaisonnez-les avec une huile vierge de cacahuète et un vinaigre de cidre. Délice garanti si vous l’accompagnez d’un bon pain de campagne. 

Pour un pique-nique très chic, notez par exemple que l’huile vierge de pistache s’associe au foie gras et au chou pour une salade qui sort vraiment de l’ordinaire.

Les atouts santé de l’huile d’olive

Les bénéfices de l’huile d’olive sont réels, si l’on n’oublie pas qu’il s’agit d’une matière grasse, donc très calorique (environ 90 kilocalories pour seulement 10 grammes) ! Quand la raison est au rendez-vous, on sait que cette huile, grâce à ses acides gras mono-insaturés et ses antioxydants (flavonoïdes, polyphénols, vitamine E), est à la fois protectrice du système cardio-vasculaire, et intéressante pour la lutte contre le mauvais cholestérol. Aucun scientifique ne s’avancerait à dire que l’huile d’olive est un remède contre le cancer, mais par contre, toutes les études réalisées sur le sujet démontrent que l’oléocanthal (un polyphénol) inhibe la prolifération de certaines cellules cancéreuses (prostate, sein, pancréas, qui correspondent aux tissus cancéreux sur lesquelles les études furent menées) et amène même à la mort de ces cellules. C’est le phénomène d’apoptose, qui ne touche pas les cellules saines. Ces résultats très prometteurs iront en s’affirmant avec la multiplication des études et confirment la part que joue l’huile d’olive dans les atouts du régime alimentaire méditerranéen. À condition de ne pas oublier la qualité, fondamentale pour cette huile, et seule capable d’en révéler ses bienfaits : une huile d’olive extra-vierge obtenue par extraction à froid. 

Et du côté des petits plaisirs à boire ?

Bien évidemment que le rosé est un peu le symbole de l’été ! C’est si vrai, trop vrai, même, que l’on oublie combien ils ne sauraient être seuls à cette place. Car enfin, hors celles et ceux qui ne jurent que par les idées reçues, toute personne qui mise sur la fraîcheur et l’originalité ne saurait oublier combien les vins blancs ont le talent de nous surprendre autant. De toute façon, rosés ou blancs, ils sont à boire avec modération.

Si la préférence, ici, va pourtant vers « un petit blanc », c’est que nous restons dans l’originalité et la découverte pour un vrai bon pique-nique. Vin apéritif ou vin de tout un repas ? Pour un pique-nique, le choix va plutôt pour un breuvage à consommer avant, avec quelques petites douceurs fraîches (toasts par exemple), mais qui peut aussi marquer la fin, si vous le souhaitez. Il n’est pas question ici de se faire succéder divers crus, comme dans un « grand » repas, ni même de boire beaucoup, mais bien de s’enivrer… de parfums et saveurs ! Trois coups de cœur pour cette occasion : 

  • le Malvoisie… de Savoie. Assez confidentiel, ce vin sera une vraie belle surprise. Il est d’une finesse incomparable, capiteux et corsé, avec des parfums de mirabelle. 
  • Un Gewurztraminer Vendanges Tardives, une autre merveille, d’Alsace cette fois, qui révèle l’expression de fruits d’années exceptionnelles et de récoltes précieuses.
  • Ou l’un de ces vins assez méconnus des Pyrénées que sont le Jurançon ou le Pacherenc-du-vic-bilh, qu’il nous est impossible de départager ici.

Mais si vous préférez un vin sec, c’est peut-être vers une Roussette de Savoie, un Riesling ou… un Gros-Plant du pays nantais que va se porter votre choix. 

Belle journée et beau pique-nique en vue !

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *